Une prison
Princesse de Clèves
Le Voyage ordinaire
Portrait d'une dame
Le mauvais père
Harry Dickson
N'être pas
Une prison
Biblio et liens

U N E  P R I S O N

 

 

le métal mou des clés peine à forcer les serrures

 


*


le présent presse
la somme carcérale assomme et sonne
mêle somme et sursaut
sillage
et veille

lisse lasse et lacérée
la ligne acérée du sang
suivant style et sérail
sèche la soif

les mains calicent la semence sous la pierre

(jardin tactile)

la Présidente pose pierre sur pierre et pèse mais :

 


L'AIGLE


les plus beaux cheveux blonds un air d'intérêt et de sensibilité des yeux extraordinairement bleus et grands exprimant à la fois la tendresse et la décence le temple de la pudeur même des perles que la nature avait l'air d'avoir semées parmi des roses

 


ET VOUS GESTE MARQUISE ET VOUS ÉCARTE
ET VOUS GICLE AU PLUS JUSTE
PLOYEZ SOUS L'ÉCART DES CARESSES
PLUIE DE LANIÈRES VOTRE PEAU
BELLEMENT ÉCARTÉE

 


de grands yeux bruns pleins d'âme et d'intérêt une taille souple et flexible des formes arrondies et dessinées par les mains de l'amour même un bouton de rose dans toute sa fraîcheur

 


cantharides et porcelaines
(bonbonnières de S°xe)

 

 


BIENSEIGNANTES GÉOGRAPHIES DANS LES CHAMBRES D'ARCUEIL

la santé des chambrières illumine la geôle
accroît l'ÉCART
CROUPES s'offrent aux COUPS

 

ARDE LA FLÊCHE

 

 


l'odeur même de la rose la blancheur et la fermeté de l'albâtre le plus exactement et plus artistement coupé que la nature uni et comme du satin du rond le plus exact le plus mignon le plus propre le plus délicat une nuance de rose le plus tendre rondes et parfaitement moulées faite à peindre et tournée comme si les Grâces eussent pris plaisir

 

*

 


mais donnons un peu d'ordre à l'écart de nos gestes
l'excès des lignes agitées de nos belles démarches

 

L'ESPACE

 

 

obélisque du sang une douleur
plus vive une mort plus
stridente

socaratise l'espace
servantes et marquises passe
à de plus hauts écarts jusqu'à l'excès l'impossible l'intolérable

(je bois tes plaintes)

 

 

 

 

l'élégance de sa taille grasse et potelée les formes les plus délicieuses une peau douce éblouissante et plus blanche que les lys

 

 

 

 

 


gueuse tes foutus yeux scélérate putain ne m'attendrissent

 

profane peaux et calices
autels ventres sous la langue
mouille tabernacle souille et gicle

griffe sans fin sans clôture sans frein
froisse le sein l'hostie la vierge
écarte

bande trousse langue bêche
palpe la peau pâle battue
baise l'écharpe

la bave bouche visque buisse
aux belles écartées
l'éclair

opine à pic et trousse à tas
cuisse bêche trace visque
bande l'excès

pâle rouge visque
baise brise
et crie

 

 

 


puis la figure se défait

et P A R L E

 


et fut fermée et d'un abord
infiniment plus difficile
si tellement insupportable qu'il n'y avait plus que les oiseaux qui /

rochers à pic touchent aux nues et précipices


PARAVENT


plus un seul habitant de la terre ne peut
(et le silence et la tranquillité dont on y jouit)

puis un mur de trente pieds puis
un fossé plein d'eau très profonde puis
une enceinte encore une poterne
étroite et basse
une porte murée


VERROU

(prison)

 

 


et dans l'enceinte resserrée

LE CHÂTEAU EST INFINIMENT VASTE

 

 


phallacieuse douceur boudoir
cabinet de glaces de coussins et postures
d'ottomanes et de sofas


le goût du crime


Y DÉVELOPPE NOS SYSTÈMES

 


(que les servantes contiennent l'attitude de l'intéressante victime et servent le sexe du pape
et le calicent)

 


dépouille écorche te l'arçonne
et l'arquezèbre pulperoche
et tranchecaste

et le la maise et l'ouvre et juche
et huche
et te la grille et l'écarquille
et te l'éclate

blasphesse femmes aux délices
brise retourne lime et brûle
tourmente à rompre
fouille à trépigne extase et hurle

bacchante arçonne enfassalèche
encabre sabre perce passe
et racle sacre et jade sale
et jette
huche game socre tue

LA GRANDE MORT


dans l'asile impénétrable de notre infamie

 

*

 

ne reste plus
RIEN

que quelques peaux encores et membranes
voiles robes chemises
qui disparaissent que j'arrache

démembre la désarticule
dans l'incendie des derniers hôpitaux de la ville
jusqu'à ce lieu où plus
RIEN

 

sinon la tuer

la disparaître l'étoiler
JUSQU'À

 


Alain FRONTIER
(Château de Vincennes
novembre 1972- juin 1973)

 


Tartala Frontier
Poésie et publicité